Toutes les actus…
Une aide de 200 € pour les jeunes qui passent leur BAFA

Une aide de 200 € pour les jeunes qui passent leur BAFA

Cette nouvelle aide sera octroyée sous conditions de ressources en 2022. Les jeunes accompagnés dans leurs formalités et conseillés par l’organisme de formation n’auront pas à avancer les frais.

Le secteur de l’animation connaît une pénurie de main-d’œuvre. Si cette dernière n’est pas nouvelle, elle augmente d’année en année et s’est accrue du fait de l’annulation de très nombreuses sessions de formation en 2020 et 2021 à cause de la crise sanitaire. 

Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, a annoncé plusieurs mesures, dont une aide exceptionnelle de 200 € pour 20 000 jeunes qui passent leur BAFA/BAFD en 2022une formation dont le coût total avoisine les 800 à 900 euros.

L’enquête réalisée par Hexopée sur le secteur confirme que 82,3 % des structures d’activité déclarent avoir des difficultés de recrutement. Alors que l’on estime qu’environ 50 000 projets de recrutements sont prévus jusqu’à fin 2022, le Gouvernement mobilisera 4 millions d’euros pour inciter plus de jeunes à se former au BAFA.

Pas d’avance de frais

Cette nouvelle aide sera octroyée sous conditions de ressources (quotient familial). Les jeunes seront accompagnés dans leurs démarches et conseillés par l’organisme de formation. Ils n’auront pas à avancer les frais.

La secrétaire d’Etat va également réunir au mois de novembre les représentants des collectivités territoriales et les associations employeuses sur :

  • la question des rémunérations et du temps partiel subi, qui pèsent sur ces métiers très mal rémunérés ;
  • l’abaissement de l’âge d’accès au BAFA de 17 à 16 ans.

Ces réponses sont un premier pas, avant une refonte plus structurelle, alors qu’il y a seulement eu 43 000 BAFA délivrés en 2019, contre 53 000 en 2011.

Tout savoir sur le BAFA/BAFD : https://www.jeunes.gouv.fr/-BAFA-BAFD

COVID-19 Dose de rappel : pourquoi, pour qui et où ?

COVID-19 Dose de rappel : pourquoi, pour qui et où ?

Une campagne de rappel est nécessaire pour certaines populations en raison d’une baisse de l’efficacité des vaccins, qui intervient plusieurs mois après la complétude du schéma vaccinal, provoquant une diminution de l’immunité qu’ils confèrent.

Les doses de rappel sont effectuées uniquement avec des vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna), quel que soit le vaccin utilisé dans le cadre du premier schéma vaccinal. Leur efficacité contre les formes graves reste à un niveau élevé quel que soit le vaccin administré.

1/ Qui est concerné par la dose de rappel ?

LES PUBLICS PRIORITAIRES

La dose de rappel doit s’effectuer 6 mois après la dernière injection du schéma initial pour :

  • les résidents des EHPAD et des USLD,
  • les personnes de plus de 65 ans,
  • les personnes à très haut risque de forme grave,
  • les personnes atteintes de comorbidité(s).

 CAS PARTICULIERS

  • Les personnes sévèrement immunodéprimées :
    l’administration de la dose de rappel peut être réalisée à partir de 3 mois après la dernière injection du schéma initial, dès lors qu’il est jugé par l’équipe médicale qu’elle permettrait d’améliorer la réponse immunitaire.
  • Les personnes ayant reçu le vaccin Janssen :
    la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande l’administration d’une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna) à partir de 4 semaines après la première injection.
2/ Où puis-je me faire vacciner ?
  • Dans un centre de vaccination,
  • chez un médecin (généraliste ou spécialiste),
  • en pharmacie,
  • dans un cabinet infirmier, de sage-femme ou de chirurgien-dentiste,
  • en laboratoire de biologie médicale,
  • pour les résidents des EHPAD et USLD directement dans leur établissement.
Des mesures fortes contre l’abandon des animaux de compagnie

Des mesures fortes contre l’abandon des animaux de compagnie

Un chien
Photos : Getty

L’été est une période à risque pour les animaux de compagnie. Découvrez le plan, en trois axes, mis en place depuis 2020 pour lutter contre ce fléau.
Avec plus de 20 millions de carnivores domestiques (dont 9,3 millions de chiens et 6,5 millions de chats identifiés), la moitié des foyers français détient un animal de compagnie. Malgré ce fort attachement, la France détient hélas le record du nombre d’abandons au niveau européen, selon la fondation 30 Millions d’Amis.

Abandon sur la route des vacances, déshydratation et coup de chaleur, méconnaissance des règles quand on voyage avec un animal… L’été est en effet une période à risque pour les animaux de compagnie.

C’est pour lutter contre ce fléau qu’une campagne de sensibilisation, #StopAbandon, est lancée en ce mois de juillet. Elle vient rappeler l‘ambitieux dispositif gouvernemental en faveur de la protection des animaux de compagnie.

En vidéo, l’adopter c’est s’engager !


Un plan d’actions en trois axes

Sensibiliser, organiser & accompagner, sanctionner

Tout savoir sur le plan d’actions pour lutter contre l’abandon des animaux de compagnie. Lire le dossier de presse

Axe 1 : sensibiliser

L’abandon reflète souvent un achat ou une adoption impulsifs d’animaux de compagnie, une tendance renforcée durant les périodes de confinement. On déplore également parfois un manque de prise de conscience des futurs maîtres quant aux responsabilités qui leur incombent pour les 10 ou 15 années de vie de leur animal.

Pour en finir avec le travers de « l’animal-objet » et mieux anticiper ses besoins une fois devenu adulte, un certificat de sensibilisation sera prochainement mis en place à destination des adoptants ou acheteurs. Ce certificat, qui pourra être signé auprès d’un vétérinaire, d’un refuge, d’un élevage ou au sein d’une animalerie, encourage les bonnes pratiques.

L’adoptant sera ainsi sensibilisé aux questions de coûts, de vaccination, d’obligation d’identification d’un animal de compagnie, entre autres. Cette sensibilisation sera mise en place dès l’école élémentaire via un fascicule à destination des plus jeunes.

Axe 2 : organiser et accompagner

Dans le cadre du plan France Relance, 20 millions d’euros sont dédiés aux associations et refuges, maillons essentiels de la lutte contre la maltraitance animale. L’État, qui contribue désormais au financement des campagnes de stérilisation des animaux errants, s’est également engagé à faciliter l’accès aux soins vétérinaires pour les plus démunis.

Aujourd’hui, l’évaluation de l’abandon en France relève d’estimations, dans la mesure où aucun organisme n’est chargé de cette mission. D’ici 2022, un observatoire de la protection animale des carnivores domestiques sera mis en place, en lien et en toute transparence avec les associations de protection animale, afin de disposer de ressources précises.

Axe 3 : sanctionner

Abandonner un animal est un acte de cruauté et de maltraitance, aujourd’hui passible de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000€ d’amende. Dans les faits, peu de procédures judiciaires aboutissent. Le projet de loi défendu par le Gouvernement entend alourdir cette sanction, qui pourrait atteindre trois ans d’emprisonnement et l’interdiction de posséder un animal de compagnie.

Cet été, adoptez les bons réflexes pour prévenir les noyades

Cet été, adoptez les bons réflexes pour prévenir les noyades

Un enfant lors d'une leçon de natation
Photo : Getty

.
À tous les âges, des gestes simples peuvent être adoptés pour se baigner en toute sécurité.
Depuis 2020, la crise sanitaire a fortement pertubé l’apprentissage de la natation pour les plus jeunes. Alors que la période estivale est statistiquement la plus risquée en termes de noyades, il est nécessaire de ne pas relâcher sa vigilance lors des temps de baignade, et d’adopter les bons réflexes.

Les gestes à adopter avant chaque baignade

  • Assurez-vous de votre niveau de pratique.
  • Prévenez vos proches lorsque vous allez vous baigner.
  • Si vous ressentez le moindre frisson ou trouble physique, ne vous baignez pas.
  • Préférez les zones de baignade surveillées.
  • Informez-vous sur les conditions de baignade (courants, dangers naturels, etc).
  • Respectez toujours les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade et/ou par les sauveteurs.
  • Ne consommez pas d’alcool avant et pendant la baignade.
  • Rentrez dans l’eau progressivement, surtout après une longue exposition au soleil.

Les bonnes pratiques concernant les plus petits

En raison de la crise sanitaire, l’apprentissage de la natation chez les enfants n’a pas pu se faire dans des conditions normales depuis mars 2020. Il est donc primordial de respecter ces bonnes pratiques à destination des plus jeunes :

  • Apprendre aux enfants à nager le plus tôt possible et les familiariser à l’aisance aquatique dès le plus jeune âge.
  • Surveiller les enfants en permanence, toujours rester près d’eux quand ils jouent au bord de l’eau et se baigner avec eux lorsqu’ils sont dans l’eau.
  • Porter une vigilance particulière lors des baignades dans des piscines « hors sol » (non enterrées) qui ne disposent pas de dispositif de sécurité, ce dernier ne remplaçant pas la surveillance active et permanente des enfants par un adulte.

En 2019, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a lancé le plan Aisance Aquatique avec le concours de Fédération Française de Natation. Ce dispositif, toujours d’actualité, propose des solutions concrètes pour faciliter la familiarisation avec l’eau dès le plus jeune âge et favoriser l’apprentissage de la natation.

Enfin, rappelons que, quel que soit votre âge, il n’est jamais trop tard pour apprendre à nager !

Où le « pass sanitaire activités » est-il obligatoire ?

Où le « pass sanitaire activités » est-il obligatoire ?

Le « pass sanitaire activités » est exigé depuis le 21 juillet pour accéder aux lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Toute personne de plus de 18 ans et plus doit ainsi présenter l’une des trois preuves sanitaires prévues par le pass pour accéder aux lieux et événements suivants (décret n° 2021-955 du 19 juillet 2021) :

  • Les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions
  • Les chapiteaux, tentes et structures
  • Les salles de concerts et de spectacles
  • Les cinémas
  • Les festivals (assis et debout)
  • Les événements sportifs clos et couverts
  • Les établissements de plein air
  • Les salles de jeux, escape-games, casinos
  • Les lieux de culte lorsqu’ils accueillent des activités culturelles et non cultuelles
  • Les foires et salons
  • Les parcs zoologiques, les parcs d’attractions et les cirques
  • Les musées et salles d’exposition temporaire
  • Les bibliothèques (sauf celles universitaires et spécialisées)
  • Les manifestations culturelles organisées dans les établissements d’enseignement supérieur
  • Les fêtes foraines comptant plus de 30 stands ou attractions
  • Tout événement, culturel, sportif, ludique ou festif, organisé dans l’espace public susceptible de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes 
  • Les navires et bateaux de croisière avec hébergement 
  • Les discothèques, clubs et bars dansants, quel que soit le nombre de clients accueillis au sein de l’établissement.

À partir du début du mois d’août, et si cela est bien voté dans la loi, ce seuil de 50 personnes sera supprimé et le pass sanitaire s’appliquera dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les établissements médico-sociaux. Les déplacements pour les longs trajets en avion, train et car seront également concernés. L’accès aux hébergements touristiques ne sera pas soumis au pass sanitaire, sauf pour leurs lieux de restauration et de convivialité.

PASS SANITAIRE

PASS SANITAIRE

Depuis le 21 juillet 2021, le « pass sanitaire » est obligatoire pour les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes (salles de spectacle, les parcs d’attractions, les salles de concert, les festivals, les salles de sport, les cinémas…).

Début août 2021, il le sera également dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, ainsi que pour les voyages en avion, train et car pour les trajets de longue distance.

D’autres lieux pourront s’ajouter à cette liste par la suite, si nécessaire, selon la situation épidémique.

Pour tenir compte de la situation spécifique de certaines catégories de personnes, l’obligation du « pass sanitaire » est repoussée au 30 août pour :

les jeunes de 12 à 17 ans. La raison en est que la vaccination n’ayant été ouverte, pour cette catégorie d’âge, qu’au mois de juin, des millions de jeunes auraient été contraints d’effectuer des tests à répétition pour toutes leurs activités estivales, à partir du 21 juillet. Cet aménagement permettra, d’ici au 30 août, aux 12-17 ans d’être vaccinés.
les salariés des lieux et établissements recevant du public. La raison en est que pour ces salariés, n’ayant pas encore reçu deux doses de vaccin devraient se faire tester presque chaque jour pour aller travailler. Précision : leur 1e injection devra être réalisée au plus tard le 1er août. Attention, le « pass sanitaire » reste exigible pour les clients qui fréquenteront ces lieux aux dates des 21 juillet et 1er août 2021.

QU’EST-CE QUE LE PASS SANITAIRE ?

Le « pass sanitaire » consiste en la présentation, numérique (via l’application TousAntiCovid) ou papier, d’une preuve sanitaire.

Il permet notamment de rouvrir et de reprendre des activités rassemblant un nombre élevé de personnes et également de faciliter les passages aux frontières.

Il est exigé à compter de 12 ans.

Télécharger TousAntiCovid Vérif sur Google Play ou l’App Store.

QUELLES SONT LES PREUVES ACCEPTÉES ?

I / La vaccination, à la condition que les personnes disposent d’un schéma vaccinal complet et du délai nécessaire post injection finale, soit :

* 7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ;
* 4 semaines après l’injection pour les vaccins avec une seule injection (Johnson & Johnson de Janssen) ;
* 7 jours après l’injection pour les vaccins chez les personnes ayant eu un antécédent de Covid (1 seule injection).

Depuis le 27 mai, toutes les personnes vaccinées, y compris celles qui l’ont été avant le 3 mai, peuvent récupérer leur attestation de vaccination sur le « portail patient » de l’Assurance Maladie. Par ailleurs, n’importe quel professionnel de santé pourra retrouver une attestation de vaccination et l’imprimer si une personne le demande.


Récupérer mon attestation de vaccination certifiée

Une fois votre certificat de vaccination en main, il suffit de scanner le QR Code de droite pour l’importer et le stocker en local, dans votre téléphone, avec TousAntiCovid Carnet.


II / La preuve d’un test négatif de moins de 48h.

Tous les tests RT-PCR et antigéniques génèrent une preuve dès la saisie du résultat par le professionnel de santé dans SI-DEP, qui peut être imprimée en direct et qui est également mise à disposition du patient via un mail et un SMS pour aller la récupérer sur le portail SI-DEP.

Consulter le portail SI-DEP

Sur TousAntiCovid, l’importation de la preuve dans l’application sera à la main du patient. Il peut importer sa preuve :
– à partir du document en format papier ou PDF issu de SI-DEP et qui accompagne le résultat du test, en scannant le QR Code situé sur le document ;
– en cliquant sur le lien dans le portail SI-DEP, qui permet d’importer directement le résultat du test dans TousAntiCovid Carnet.

Les délais en vigueur pour la validité des tests (48h ou 72h selon les cas) sont stricts au moment de l’entrée sur le site de l’évènement ou de l’embarquement (pas de flexibilité à 2 ou 3 jours).
.

III / Le résultat d’un test RT-PCR positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois :

Les tests positifs (RT-PCR) de plus de 11 jours et moins de 6 mois permettent d’indiquer un risque limité de réinfection à la Covid-19.

Le processus pour récupérer sa preuve de test positif est le même que pour les tests négatifs via SI-DEP (voir ci-dessus).

Médiathèque de La Ferté-Vidame

Médiathèque de La Ferté-Vidame

A l’occasion des 400 ans de l’anniversaire du poète Jean de La Fontaine, né à Château-Thierry, la Médiathèque des Forêts du Perche / La Ferté-Vidame organise à partir du 8 juillet 2021 des animations sur les Fables de l’auteur.

Pour plus de renseignements :

Cour de la Poste – 29 rue de Laborde
28340 LA FERTE-VIDAME
Contact : Nathalie DUTEIL
Téléphone : 02.37.37.64.17
Mail :mediatheque.ferte@foretsduperche.fr

OUVERTURE D’UNE AIRE DE CAMPING-CAR

OUVERTURE D’UNE AIRE DE CAMPING-CAR

La Communauté de Communes des Forêts du Perche est heureuse de vous annoncer l’ouverture ce jeudi 8 juillet 2021 d’une aire de Camping-car à Senonches, sur les anciens emplacements du camping municipal, situé 5 rue de la Tourbière.

Crédit photo : Mme Chantal THIREAU

D’une capacité de 10 places, cette aire entièrement automatisée à deux pas des commerces et des plans d’eau de la commune vous permettra d’apprécier le calme et la beauté du Perche.

Pour plus de renseignements :

Communauté de Communes des Forêts du Perche
2, rue de Verdun – 28250 SENONCHES
02.37.37.37.30 /28

Actualité COVID-19 : Fonds de solidarité

Actualité COVID-19 : Fonds de solidarité

Comme annoncé lors de l’allocution du Président de la République, Emmanuel Macron, le 24 novembre dernier, le fonds de solidarité pour les entreprises, indépendants et entrepreneurs sera prolongé pour le mois de décembre 2020. Il fera également l’objet d’une évolution afin de venir en aide aux secteurs les plus touchés par le second confinement, la crise du Covid-19 et les mesures de l’automne 2020.

Les TPE (Très Petites Entreprises), indépendants, professions libérales et micro-entrepreneurs qui ont souffert d’une perte de chiffre d’affaire supérieure à 50% par rapport à 2019 ou d’une interdiction d’accueil du public sont éligibles au Fonds de solidarité.

Pour en faire la demande, vous pouvez vous rendre sur le portail officiel des impôts : https://www.impots.gouv.fr/portail/node/13665

Afin de tester votre éligibilité à ce fonds, vous pouvez consulter cette page